A propos * About

Par Marianne Béatrice FABESCH, octobre 2014

Créatrice de ‘bijoux à haute densité symbolique’, Karine NIEMAND nous propose de méditer sur le rapport particulier que nous entretenons avec la ‘parure’ et, chemin faisant parce que Karine NIEMAND est artisan d’art, sur notre rapport avec la matière.

Voici la question : porte-t-on un bijou ou existe- t-il une réalité d’interpénétration avec ce bijou, qui, en quelque sorte, pourrait se greffer en soi ?

Autrement dit : le bijou est-il simple or…nementation – trois jolies notes de musique juxtaposées à une ligne mélodique – , ou alors existe-t-il un continuum de transformation entre les processus d’induction propres au créateur, à son œuvre comme à celui pour qui cette œuvre est de fait réalisée ?

C’est bien dans cette triple relation, interne au questionnement artistique, que Karine NIEMAND a choisi de situer son travail d’orfèvre puisqu’elle associe dans ses réalisations la fonction de l’œuvre à l’histoire en devenir de chacun, cette personne toujours nouvelle en nous pour qui le bijou deviendrait non plus marque de distinction mais or…ientation !

Clairement, c’est à ce niveau de résonance entre alchimie de la matière et alchimie intime que nous sommes donc conviés à nous ‘introduire’ en premier lieu. Ainsi Karine NIEMAND construit-elle son empreinte.

Mais comment l’artiste s’y prend-elle exactement ?

Puisant au plus profond du réservoir cosmogonique qui nourrit l’âme humaine, Karine NIEMAND va tout d’abord laisser affleurer ce qui est paradoxalement le plus éloigné de la densité des matériaux utilisés : l’idée première, le dessein, la sensation sous le mot – ou encore inspiration – , bref le Designo (disegno en italien ).

Puis viennent les composites du projet: symboles, images, références, et autres grands thèmes propres aux mouvements de la psyché dont la cartographie pourtant toujours secrète plonge dans l’universel, permettant ainsi une vraie géodésie du sentiment humain dont le bijou se fera l’écho.

La roche est faite de siècles et de poussières…jusqu’à la bague, jusqu’au bracelet, jusqu’au pendentif !

La matière des mots, celle des phrases, des arguments, des intentions puis des décisions serait alors cette ultime épaisseur quoiqu’ intime atmosphère dans laquelle, justement, le temps est suspendu comme les « Lunes », les « Eclairs », les «Etoiles filantes » ou encore la « Mémoire » des collections qui en découleront.

D’ailleurs, n’est-ce pas dans ce vide, dans cet atemporel aussi bien lové dans le métal que dans le cérébral que la création se joue tout entièrement, d’un bout à l’autre de son processus, du plan à la réalisation finale ? La démarche de Karine NIEMAND nous propose de suivre ce chemin, sur ce chemin ses créations sont des ‘boussoles’.

Des ‘boussoles’ précieuses (argent et or), lumineuses (opales, quartz atypiques, pierres de couleurs vives), des boussoles sobres allant à l’essentiel, dans le contraste des textures, dans l’élaboration des lignes et des possibles transformations internes au bijou.

A ce stade, il en est des mots qui perlent sur nos peaux comme des bijoux qui nous relient au beau: comment ne pas admettre que la rêverie de Karine NIEMAND ne soit elle aussi orient…ée ou aimantée par un pôle essentiel, partager tout le sens de son travail d’orfèvre contemporaine ?

Je ne peux que vous inviter à vous glisser dans sa rêverie, dans sa création, dans ses réalisations dont la matière épouse en boucle sa manière de cheminer: ses bijoux , sont autant « Elle » que « Vous »!

(Zurich-Paris)